Sur l'amour et le temps...

Publié le par Nadir KATEB Auteur

Athènes, le 28 septembre 2015

Combien de secondes peux-tu rester dans le noir ? Combien de minutes ? Combien d’heures ? Non, ne ferme pas les yeux, n’essaie même pas, c’est stupide, parce que l’obscurité je connais, et ce n’est pas un jeu. Je suis resté 28 ans dans le noir, regarde-moi, 28 ans sans connaître la lumière, ou si, et c’est grave, quand on croit qu’on voit tout et qu’il s’avère que toute notre vie était un mensonge fabriqué de toute pièce, que tout ce que nous avons vécu jusque-là, n’était qu’un épisode d’une longue série obscure d’évènements obscures réalisés par des gens maladivement pervers qui faisaient que la société soit ainsi, que nous n’y pouvions rien, ils nous empêchaient, ils m’empêchaient d’y voir clair, jusqu’au jour où une caresse suffit pour enlever, violemment, le voile épais que j’avais sur les yeux et qui me servait de retraite indélébile et volontaire.

Ton sourire m’a sauvé, ta douceur, ta bonté a fait que je recouvre la vision, c’est comme l’histoire de cette larme perdue au fond d’un océan de pleurs et morte sur une lèvre brûlée d’amour, joyeuse.

C’est comme l’histoire de cette colère divine qui fait que les cœurs ne s’aiment plus que pour ensuite se mépriser, que les corps ne s’entrechoquent plus que pour assouvir des désirs bestiaux et primitifs, c’est comme l’histoire de ce cœur qui était condamné au même destin que les autres, c’est-à-dire à vivre le plus longtemps possible sans battement et doucement, sans gêne, faner soudainement dans un jardin d’automne au milieu de toutes ces feuilles sèches, au centre d’un univers qui s’en fou, et soudain, ce cœur a commencer a vivre, il bat, très fort, il a un sens a sa vie, un dessein.

Comme c’est beau de rencontrer l’amour! On accorde aucune importance à la noirceur des autres, on ne voit que des qualités, on ne voit que du bien, que de merveilles. Tout nous trouble. Tout nous renforce. Cela dit il faut aussi savoir qu’aimer dans ces temps n’est pas une partie de plaisir, il n’y-a pas d’amour heureux, il faut souffrir, il faut parfois mourir, devenir fou, signer un pacte avec le diable, revenir à Dieu, haïr, aimer à nouveau, redevenir fou, mourir encore, aimer.

Commenter cet article

C
Joli... Comme toujours ;)
Clo
Répondre
N
Merci Clo ^^ Bises!
N
Bonjour,
une porte s'est entr’ouverte et je m'y suis glissée. Joli et fort texte tout en douceur. Je suis et j'aime la poésie, elle est source de vie. Je vous souhaite beaucoup de bonnes choses et une très bonne semaine.
Répondre
N
@Nell: Bienvenue et merci pour vos mots, vous êtes invitée à nous lire quand vous voulez et a laisser vos impressions et vos ressentis qui nous feront plaisir
Très agréable semaine a vous aussi

Nadir
M
Au début j'ai vraiment cru que vous parliez d'une personne aveugle, c'est émouvant le paragraphe sur l'amour,
Répondre
N
@mapoésie: Merci ^^
Bien cordialement
C
Nadir, quelle souffle, quelle texte, tu m'as fait rêver, on t'aime pour ça mon petit nadir, continue, Pierre te passe le bonjour et te dis bravo!
Répondre
N
Chère Christelle, c'est moi qui suis ému et content que mon texte vous a plu a Pierre et toi, je vous embrasse très fort et à très vite pour de nouvelles vacances en Corse, la mer me manque déjà et vous aussi ;)