Pour ceux qui voudraient vivre

Publié le par Nadir KATEB Auteur

 

 

Que l’on veuille ou non, nos corps ne nous appartiennent pas, cet ensemble  d’os et de membres ingrats, est totalement libre de nous, et par un moindre épuisement, ces parties tant chéries peuvent nous quitter, sans que l’on sache, sans un mot, en un rien de temps.


Nos esprits sont des éternels vagabonds, ils nous quittent aussi comme bon leur semble pour errer dans le monde, que nous soyons éveillés ou dans les tendres bras de Morphée, que nous soyons là ou dans l’au-delà.

Nos  envies passagères, nos fous désirs, ces pauvres diables que nous abandonnons par amour en plein chemin, par lâcheté peut-être  ou de peur parfois, ces miettes qui nous reviennent de droit, il est de notre devoir de les préserver jalousement contre toute raison et toute pensée logique.

La vie, ce grand mystère, ce beau mystère, il nous appartient le choix de la mener heureux,  légers de souvenirs et de craintes futures, n’ayant, dans son cœur que de l’amour de son prochain, puisque tout est passager, même nos sentiments, tout est mobile même le plus consistant des temps, tout est silence même les cris les plus sourds et les haines les plus inutiles.

Ou bien vivons malheureux, accrochons nous a chaque souvenir, détruisons nous par tout échec vécu, par tout amour perdu, par toute larme grise, perdons nous notre temps en pensant à notre futur, calculons tout sentiment, comptons tout centime et détestons nous, puisque tout est perdu, même nos âmes, tout est corrompu même nos pensées les plus intimes et nous prétendus tourments.

 

happiness-2.jpg


Vivons et laissons vivre, rien n’est plus simple, rien n’est plus beau, pourquoi alors aller se compliquer la vie, se créer des drames inexistants, car chaque jour est beauté, chaque jour est amour, si seulement on apprenait à le voir ainsi, si seulement on voulait le voir ainsi. Tenter l’expérience ne nuira à personne et vivre heureux est le droit de tous. Aimons-nous, car après tout ne venons-nous pas de la même argile ? Ne sommes-nous pas de la même terre ?

Commenter cet article