LE RETOUR DE MANIVELLE

Publié le par Nadir KATEB Auteur

A l’aube d’un jour qui ne voulait pas partir,

T’étais là à retenir la nuit, t’étais là sans l’être

Prisonnière de ta beauté t’as finit peut-être

De lâcher prise et de déclencher le néant.

 

Nul n’a su ton histoire, nul n’a osé penser

Que dans les pénombres obscures de la terre

Se couchait jadis une vaillante guerrière

Qui répandait l’amour et cueillait du sang.

 

Brève dans tes visites, généreuses dans tes drames

T’as su brûler la flamme d’un ancien vice condamné

Aux yeux rêveurs, à lèvres celées, au destin damné

Aux souvenirs un peu douteux lavés à l’eau de javel

 

Absence de l’espace et moquerie universelle des temps

Que reste-t-il à la place de tes tendres et vives caresses

Qu’un tas d’abêtissement, de futilité et de maladresses

Bénies par de mauvais dieux craignant le retour de manivelle.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LE RETOUR DE MANIVELLE

Commenter cet article